Jacques Montagut

Jacques Montagut

Jacques Montagut s'investit pour faire connaître et reconnaître la médecine et la biologie de la reproduction ainsi que les questions éthiques soulevées par l’avancée de la connaissance dans ce domaine. Il a siégé dans différentes instances ministérielles et éthiques. Il décide aujourd’hui de favoriser la réflexion et le débat sur le site Internet de Fertile Vision.

La « Shared maternity » des anglo-saxons, « ROPA » (recueil ovocytaire pour l’autre) des hispaniques est une participation partagée dans la conception de l’enfant par les deux femmes au sein de leur couple.

Dans moins de 5 ans, un prérequis suffisant ouvrirait la perspective que des fœtus dont la vie est menacée en troisième partie de grossesse puissent bénéficier d’un placenta artificiel. Dans moins de 10 ans, les premiers gamètes artificiels permettraient d’éviter le recours au tiers donneur et à tout ce qui est débattu aujourd’hui à ce sujet. 

C’est aujourd’hui que débute le débat parlementaire sur la prochaine loi de bioéthique. Le long cheminement enrichi par de nombreux rapports officiels, débats publics et avis citoyens jusqu’au projet de loi gouvernemental, a conduit Fertile Vision à lancer un appel au discernement le 12 septembre dernier.

C’est aujourd’hui que débute le débat parlementaire sur la prochaine loi de bioéthique. Le long cheminement enrichi par de nombreux rapports officiels, débats publics et avis citoyens jusqu’au projet de loi gouvernemental, a conduit Fertile Vision à lancer un appel au discernement le 12 septembre dernier.

Dans moins de 5 ans, un prérequis suffisant ouvrirait la perspective que des fœtus dont la vie est menacée en troisième partie de grossesse puissent bénéficier d’un placenta artificiel. Dans moins de 10 ans, les premiers gamètes artificiels permettraient d’éviter le recours au tiers donneur et à tout ce qui est débattu aujourd’hui à ce sujet. 

La « Shared maternity » des anglo-saxons, « ROPA » (recueil ovocytaire pour l’autre) des hispaniques est une participation partagée dans la conception de l’enfant par les deux femmes au sein de leur couple.

Ils concernent d’abord l’argumentaire « pour » et « contre » dont il faudra distinguer la demande initiale selon qu’elle provient d’un couple de femmes ou de femmes célibataires.

Alors qu’il est au tour de la France de présider le Conseil de l’Europe, le Comité de bioéthique du Conseil de l’Europe (DH-BIO) vient d’organiser le 4 juin dernier un séminaire de haut niveau portant sur le débat public comme outil de gouvernance pour les nouvelles technologies.

Page 5 sur 7