Citoyens concernés

Un éclairant chapitre sur l’AMP dans le rapport annuel de la Cour des Comptes sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, publié le 8 octobre 2019, une semaine avant le vote en première lecture du projet de loi de bioéthique par l’Assemblée nationale, auraient déjà dû interpeller le décideur politique, gouvernement comme parlement, à compléter sa réflexion à propos d’éventuels non-dits ou non-sus sur la gestion du don de gamètes dans notre pays. À ce jour, les importantes conclusions de la Cour des Comptes sont passées sous silence, malgré l’apport de certaines informations non retrouvées dans les différents rapports officiels qui ont précédé le projet de loi.

Le mois de juillet vient d’ouvrir en fanfare le deuxième semestre 2018 qui s’annonce prolixe en matière de bioéthique. Le CCNE, après son avis (tant attendu) du 15 juin 2017, publie le rapport des États généraux de la bioéthique qu’il a organisés durant le premier semestre par des consultations en ligne et des réunions publiques.

Voilà une question en débat dans notre pays depuis plusieurs années : toute femme en désir d’enfant peut-elle bénéficier d’une assistance médicale à la procréation, quelle que soit sa situation socio-familiale et sans justification médicale obligée ?