Citoyens concernés

Auto-conservation ovocytaire pour raison médicale
20 Jan

Auto-conservation ovocytaire pour raison médicale

La préservation ovocytaire par vitrification est autorisée en France depuis la loi de bioéthique de 2011. Ce choix législatif tant attendu a mis la femme à plus d’égalité de l’homme dans la conservation de ses gamètes et la préservation de sa fertilité. 

Les indications médicales sont nombreuses bien qu’encore insuffisamment proposées dans les situations médicales et thérapeutiques à haut risque d’infertilité. Trop peu d’équipes pluridisciplinaires pratiquant l’assistance médicale à la procréation sont autorisées à préserver la fertilité de la femme : il est urgent d’y remédier. Cette priorité en matière de santé publique engage la responsabilité des professionnels concernés et des autorités de santé. 

 

 

À titre d’exemple, nul n’est censé ignorer l’importance de la dimension médicale mais aussi sociale (qualité de vie) permettant à des jeunes filles et à des jeunes femmes de pouvoir concevoir un enfant comme les autres, sans être sanctionnées par les effets stérilisants d’un traitement du cancer dont elles pourraient guérir. La santé publique n’est plus aujourd’hui à l’heure d’ambitions monopolistiques désuètes mais bien à celle de regroupements de moyens pour une offre de soins équitable et performante. 

Le domaine de l’oncologie n’est pas le seul concerné : insuffisance ovarienne prématurée d’origine familiale (ménopause précoce), génétique (syndrome de Turner, maladie de l’X fragile), ou liée à une endométriose mais aussi certaines gonadotoxicités médicamenteuses, environnementales, voire professionnelles. Toutes les compétences et les bonnes volontés en la matière doivent pouvoir être regroupées dans le seul intérêt qui compte, celui de préserver efficacement la fertilité dès lors qu’elle est gravement menacée.

 

 

Dernière modification le jeudi, 29 mars 2018 15:27
Jacques Montagut

Jacques Montagut s'investit pour faire connaître et reconnaître la médecine et la biologie de la reproduction ainsi que les questions éthiques soulevées par l’avancée de la connaissance dans ce domaine. Il a siégé dans différentes instances ministérielles et éthiques. Il décide aujourd’hui de favoriser la réflexion et le débat sur le site Internet de Fertile Vision.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.